Loading...
#Crash BandicootARTICLES

Crash Bandicoot fête aujourd’hui ses 25 ans

Crash Bandicoot 25 ans

Le 9 septembre 1996, le premier opus de Crash Bandicoot sortait sur PlayStation. Une exclusivité pour la première console de Sony qui allait considérablement contribuer à la renommée de Naughty Dog. Après 12 ans et cinq jeux (Ski Crazed, Dream Zone, Keef the Thief, Rings of Power et Way of the Warrior), les équipes d’Andy Gavin et Jason Rubin se penchaient enfin sur un projet à la hauteur de leurs ambitions.

La création du Bandicoot

À la fin de l’année 1994, Naughty Dog déménage à l’arrière des locaux Universal à Los Angeles, en Californie. Pendant leur long voyage de Boston vers L.A., les deux associés commencent à réfléchir à leur prochain titre.

L’objectif est de partir sur un nouveau genre. Avant l’annonce de la PlayStation, Sega et Nintendo dominent l’industrie avec d’un côté Sonic et de l’autre Mario. C’est à ce moment que Willie the Wombat voit le jour. Le projet évolue finalement au fil des mois pour devenir Crash Bandicoot. Les ambitions de Naughty Dog sont en fin de compte revues à la hausse. Il est question de produire un jeu qui va chambouler l’industrie, une vraie production en 3D.

La conception de Crash Bandicoot est relativement longue. Naughty Dog fait appel à plusieurs animateurs de dessins animés venus d’Hollywood pour les aider. Les Looney Tunes font partie des principales sources d’inspiration de Crash.
 Au fur et à mesure que le projet avance, Jason se spécialise dans l’animation, tandis qu’Andy se concentre sur l’aspect esthétique du jeu.

Willy The Wombat
© Naughty Dog

Après plusieurs mois de développement, la version finale du marsupial est prête et entièrement animée. Crash ressemble alors vraiment à un personnage de dessin animé. Il ne lui manque plus qu’un nom digne de son physique ! À ce moment-là, le nouveau bébé de Naughty Dog s’appelle toujours Willie the Wombat. Or, Dave Baggett, membre important de l’équipe de développement, a l’idée de le renommer « Crash Bandicoot ». L’idée est adoptée par toute l’équipe.

Dès septembre 1994, la première maquette de Crash Bandicoot est prête pour être présentée à la presse. Après avoir visionné la démo, Sony envoie plusieurs hommes la regarder de plus près et observer le travail de Naughty Dog. Ils repartent des studios bouche bée. Sony réalise le potentiel du jeu à ce moment-là. SEGA avait Sonic, Nintendo avait Mario, PlayStation aura Crash.

Crash Bandicoot est là !

Une présentation bien menée

En avril 1994, Crash Bandicoot passe en phase alpha. Sony signe un accord avec Universal pour présenter Crash Bandicoot lors de l’E3 1996 un mois plus tard ! Le jeu bénéficie d’un stand en face de celui de Nintendo et son Super Mario 64.

PlayStation et Naughty Dog sont impressionnés par le nouveau Mario. Pour autant, ils remarquent que le choix fait par Nintendo a une limite : avec un monde ouvert comme celui de Super Mario 64, l’univers ne peut pas être aussi dense et impressionnant que ce qui est possible dans Crash Bandicoot. Et ça, Naughty Dog l’a bien compris.

Le 9 septembre 1996, Crash Bandicoot sort aux États-Unis, tandis que l’Europe doit patienter encore deux mois. Le Vieux Continent découvre finalement la nouvelle mascotte de PlayStation le  8 novembre 1996. Le succès est instantané !
Selon Naughty Dog et Jason, Crash Bandicoot va dans un sens, et Super Mario 64 dans l’autre. C’est pourquoi les deux jeux sont incroyables et offrent des expériences qui se répondent sans se répéter.

Dès la sortie de Crash, la comparaison est tout de suite faite avec Mario. Certains trouvent ce dernier meilleur, d’autres trouvent que pour un premier opus, Crash fait mieux. Quoi qu’il en soit, au niveau des ventes les deux jeux sont très proches.

Une suite en germe…

Pas le temps de se reposer pour Naughty Dog. Le développement de Crash Bandicoot 2 débute un mois après la sortie de Crash, en octobre 1996. Pourtant, la suite de ce qui est en train de devenir une licence n’est pas assurée à ce moment-là. Crash Bandicoot a certes séduit le public, mais pas les hauts dirigeants de Sony qui, à la base, ne souhaitaient pas avoir de mascotte. Pour eux, l’idée est simplement de mettre en avant la marque PlayStation et non les personnages.

Le succès critique de Crash Bandicoot, en particulier au Japon, ne laisse néanmoins pas le choix à Sony. Le jeu du marsupial est même le tout premier carton commercial d’un titre occidental sur ce territoire. La suite est apparaît alors comme une obligation : Sony a désormais besoin de Crash.

Pour ce deuxième volet, le but est de prolonger l’innovation du premier opus, tout en le rendant un peu plus accessible. En effet, beaucoup de joueurs trouvent Crash Bandicoot très dur comparé à Mario.

Crash Bandicoot 2 : Cortex Strikes Back

Un producteur en moins

Naughty Dog envisage de sortir la suite en 1998, soit deux ans après le premier opus. L’équipe des Dogs a déjà listé toutes les nouveautés qu’elles souhaitent mettre en place dans ce nouveau jeu. Hélas, Sony n’est pas exactement de cet avis. À ce titre, l’éditeur commande une suite à prévoir dès l’année suivante !

La situation compliquée et ce climat de tension ne plait pas à Taylor Kurosaki. Le producteur quitte donc Naughty Dog. Il reste ensuite éloigné du studio pendant 7 ans. Ce n’est que bien plus tard qu’il réintègre l’équipe, lors du développement d’un certain Jak 3.

Le départ de Kurosaki pèse sur le développement de Crash Bandicoot 2, mais aussi de ses suites, bien plus difficiles. Cependant, la montée en puissance de la licence rapproche de plus en plus Naughty Dog de Sony et l’éloigner de son principal partenaire : Universal Studio.

La suite touche à son but

Environ 8 personnes ont travaillé sur Crash Bandicoot. Entre 16 et 19 pour Crash Bandicoot 2 et jusqu’à 23 pour Crash Bandicoot 3. Naughty Dog monte même jusqu’à 30 pour un certain Crash Team Racing.

Le 19 juin 1997, Naughty Dog se rend à Los Angeles pour l’E3 et y dévoiler officiellement Crash Bandicoot 2: Cortex Strikes Back. Là encore, le jeu fait sensation. Le développement du jeu se termine début octobre, de sorte qu’il débarque aux États-Unis le 31 octobre 1997. Pour l’Europe, Crash est de retour le 1er décembre 1997.

Grâce à de nombreuses améliorations, de belles nouveautés et un jeu moins difficile, Crash Bandicoot 2 parvient à faire mieux que le premier opus, notamment en termes de ventes. Le phénomène Crash Bandicoot est lancé !

Crash Bandicoot 3 : Warped

Dès le mois de janvier 1998, Naughty Dog attaque le développement de Crash Bandicoot 3 : Warped. Les Dogs augmentent en conséquence leurs effectifs pour monter à 23 employés.

Au mois de mai 1998, le premier Crash Bandicoot remporte le trophée or aux PlayStation Awards pour avoir dépassé les 500.000 ventes au Japon. Au même moment, Naughty Dog déménage. Les Dogs quittent enfin les studios d’Universal pour s’installer dans leurs nouveaux locaux à Santa Monica.

Un mois plus tard, en juin 1998, Crash Bandicoot 3: Warped est officiellement annoncé lors de l’E3. La période est incroyable pour Naughty Dog. Le studio peut même se lancer dans une nouvelle licence en parallèle du développement de Crash 3 grâce à la hausse de ses effectifs. Dès le mois de juillet 1998, ce nouveau « projet X » est mis en route du côté de Naughty Dog. Jak and Daxter s’apprête à voir le jour.

Finalement, Crash Bandicoot 3: Warped arrivera le 31 octobre 1998 aux États-Unis, puis le 13 décembre 1998 en Europe. Une nouvelle fois, le succès critique et commercial est excellent. À nouveau, Naughty Dog transforme l’essai avec une nouvelle suite qui dépasse ses prédécesseurs !

CTR : Crash Team Racing et fin de millénaire dorée

Un nouveau défi pour Crash

Début 1999, un quatrième opus de Crash Bandicoot est mis sur les rails. Pourtant, il n’était pas du tout prévu dans le contrat entre Universal et Naughty Dog. Mais le succès de la série en appel à une nouvelle suite. En Janvier 1999, le développement de CTR: Crash Team Racing débute dans les locaux de Naughty Dog.

Le studio poursuit sur sa lancée en attaquant encore Mario sur son propre terrain. Alors après le jeu de plateforme, Crash met les gaz dans un nouveau jeu de course de kartings (lui aussi). L’impensable se produit : cette nouvelle itération du marsupial gagne son pari.

Les défis de ce nouveau développement

Au mois de mai 1999, alors que cela fait seulement un mois que la PlayStation 2 est annoncée, Naughty Dog présente Crash Team Racing à l’E3. Cette fois, CTR décroche son ticket pour le stand officiel de PlayStation ! Il y occupe une place importante puisqu’il est mis en avant sur la fameuse bannière du Convention Center.

En juin 1999, Crash Bandicoot 3: Warped obtient le prix de platine aux PlayStation Awards pour avoir dépassé le million d’unités vendues rien qu’au Japon. Il s’écoule au total à plus de 7,2 millions d’exemplaires, devenant ainsi le 7e jeu PlayStation le plus vendu de la console.

Le 30 septembre 1999, Crash Team Racing déboule aux États-Unis. Il arrive le 20 octobre en Europe, pour un nouveau succès instantané !

Le développement n’aura pas été une mince affaire. Le fait est qu’Universal, propriétaire de la marque Crash Bandicoot, ne souhaite plus collaborer avec Naughty Dog. La compagnie veut finalement exploiter sa mascotte comme bon lui semble. Fort heureusement, Sony réussit à faire entendre raison à la firme pour un ultime jeu. Cela signifie qu’après la sortie de Crash Team Racing, la collaboration entre Universal, Sony et Naughty Dog s’arrêtera.

Crash Bash

La fin d’une époque

À la fin des années 90, Crash Bandicoot est un phénomène. Il apparait dans les annonces publicitaires pour les franchises Pizza Hut, il est aussi la mascotte de la commission australienne de surf, et bien d’autres ! Crash est en plus un emblème de PlayStation, et plus largement une mascotte du jeu vidéo.

Malheureusement, Crash Bandicoot n’appartient ni PlayStation, ni à Naughty Dog. Il s’agit bien d’une propriété intellectuelle d’Universal. Jason Rubin, et plus encore Andy Gavin, regrettent profondément cet état de fait. Andy va même jusqu’à dire que Crash aurait pu devenir l’un des plus grands personnages du jeu vidéo s’il n’était pas resté une propriété d’Universal.

Le partenariat arrivant à terme, un nouvel opus est immédiatement développé par Vivendi Games et Sierra. De nouveau, il est question de contrer Mario sur son terrain : le Party Game. Crash Bash débarque sur PlayStation en 2000. Il est le premier jeu de la licence à ne pas être développé par Naughty Dog. La suite est d’ailleurs beaucoup moins glorieuse pour le petit marsupial…

Mais à la fin de cette année 1999 et au début des années 2000, Naughty Dog doit se faire une raison et abandonner sa petite mascotte pour partir vers de nouvelles aventures…

Des années compliquées… et la renaissance d’une icône

Crash Bandicoot 4
© Activision

Une difficulté à se renouveler

Entre 2001 et 2008, Crash Bandicoot enchaîne les prestations décevantes. Naughty Dog a passé la main, or les différents studios qui reprennent la licence ne parviennent pas à se renouveler et trouver la formule magique. Crash Nitro Kart, Crash Tag Team Racing, ou encore Crash of the Mutants, autant d’itérations qui ne parviennent pas à satisfaire les joueurs et la presse.

Crash Bandicoot tombe presque dans l’oubli, se faisant très discret pendant plusieurs années. Propriété d’Activision, le Bandicoot loupe la génération PS3 et Xbox 360. Il ne refait ensuite parler de lui qu’au cours de l’E3 2016. Crash Bandicoot annonce son retour par l’intermédiaire d’un DLC sur la licence Skylanders ainsi qu’avec la N-Sane Trilogy sur PS4.

Un retour aux origines qui s’avère gagnant

En juin 2017, les trois premiers opus de Crash Bandicoot reviennent sous forme de remake. Le marsupial rencontre enfin un nouveau succès, immédiat. Un an plus tard, la trilogie débarque pour la première fois sur PC, Xbox et Switch. Lors des Game Awards 2018, Activision annonce CTR Nitro-Fueled, le remake de Crash Team Racing attendu pour juin 2019. Là encore, le succès est au rendez-vous.

Devant une telle réussite, Activision n’a pas d’autres choix que d’annoncer un nouveau jeu inédit. En mai 2020, au cours du Summer Game Fest, Crash Bandicoot 4: It’s About the Time est ainsi annoncé sur PS4, Xbox One et Switch. Le jeu sort en octobre de la même année. Il réussit l’exploit de faire aussi bien que les trois premiers opus développés par Naughty Dog. Plus que jamais, Crash semble être de retour au sommet !

Crash Bandicoot : 25th Anniversary

Ce soir, Sony organise un PlayStation Showcase. L’événement tournera autour de la PS5. Il devrait en outre durer environ 40 minutes. Selon de nombreuses rumeurs, une surprise autour de Crash Bandicoot pourrait être annoncée. Selon les premiers bruits de couloirs, ce projet pourrait concerner la Wumpa League, un jeu PVE / PVP qui fait parler de lui depuis de nombreux mois.

Encore bon anniversaire Crash Bandicoot !

One comment

Laisser un commentaire