Murray Bartlett (Frank) est très optimiste pour la série The Last of Us

Le tournage de la saison 1 de la série The Last of Us étant terminé, Murray Bartlett, l’acteur qui interprétera Frank, revient sur l’énorme potentiel de cette dernière.

The Last of Us : une ode à l’humanité ?

Murray Bartlett a pu s’exprimer au sujet de la série The Last of Us dans le magazine, Deadline. Malgré l’ampleur du projet, l’acteur s’est montré relativement optimiste et a su souligner de nombreux points positifs le concernant.

Adapter un jeu dans une série télévisée peut être délicat, mais Murray Bartlett (Frank) dit qu’ils ont fait un excellent travail pour rendre les « relations entre les personnages poignantes et fortes dans un grand monde.

Ici, Bartlett met l’accent sur l’importance des relations qu’entretiennent les personnages dans la licence The Last of Us et plus particulièrement dans la série.

En effet, l’un des charmes de ces jeux est de montrer le paradoxe entre les sentiments qu’éprouvent les protagonistes les uns envers les autres et le monde apocalyptique dans lequel ils vivent. Un monde ou seul l’amour et l’amitié conduisent au renouveau.

D’ailleurs, rappelons une nouvelle fois que l’acteur incarnera Frank à l’écran. Dans le jeu, il est le partenaire de Bill, qui sera joué par Con O’Neil. Sur console, nous apprenons que les deux hommes entretenaient une relation très proche, voire plus qu’amicale. En effet, lors du passage de Joël et Ellie dans la ville de Bill, nous trouvons le corps inanimé de Frank, pendu. Celui-ci, victime d’une morsure d’infecté, a préféré mettre fin à ses jours plutôt que de devenir à son tour, un monstre. Par ailleurs, si nous fouillons davantage la pièce dans laquelle se déroule la séquence, nous pouvons récupérer une note où y sont inscrits les adieux de Frank.

The Last of Us - Note Frank
Note de Frank adressée à Bill.

Voilà ce que dit l’artefact :

Eh bien, Bill, je doute que tu trouves un jour cette note parce que tu avais trop peur pour arriver dans cette partie de la ville. Mais si pour une raison quelconque tu l’as fait, je veux que tu saches que je détestais tes tripes. J’en ai eu marre de cette ville merdique et de ton attitude inflexible. Je voulais plus de la vie que ça et tu ne pourrais jamais l’obtenir. Et cette batterie stupide dont tu n’arrêtais pas de te plaindre — j’ai compris. Mais je suppose que tu avais raison. Essayer de quitter cette ville me tuera. C’est toujours mieux que de passer une journée avec toi. Bonne chance, Frank.

Une fois cette lettre récupérée, Joël peut la donner ou non à Bill. Si transaction il y a, la réaction de l’homme est à son image : froide mais attachante à la fois.

Joël : Bill, je euh… j’ai trouvé ça là-dedans et je… j’ai pensé que tu devrais l’avoir.

Bill : C’est ce que tu ressens. Vas te faire foutre aussi, Frank. Putain d’idiot.

En ce sens, Murray Bartlett, qui aura certainement davantage de temps d’écran que le personnage qu’il incarne, devra se confronter au caractère de Bill. Attendons-nous toutefois à assister à de multiples scènes poignantes entre les deux bougres. Elles auront le privilège de laisser raisonner le précédent discours de l’acteur.

« Un monde incroyable »

Même si l’acteur australien ne connaissait pas The Last of Us avant d’être engagé pour la série, il va plus loin encore dans ses éloges autour de celle-ci.

Je ne suis pas un joueur », dit-il, « mais si vous êtes un joueur, alors vous savez que c’est un monde incroyable et que les gens se connectent vraiment à ce jeu d’une manière si forte.

Deux choses sont à retenir ici. Tout d’abord, pas besoin de connaître et d’avoir joué aux jeux pour visionner et apprécier la série. Murray en est l’exemple parfait. Même si de notre côté, nous conseillons à tout être de vivre les aventures de Joël et Ellie sur Playstation. Cependant, si comme nous, vous êtes fans de cette licence, la série sera encore plus appréciable.

Nous avons donc hâte de nous plonger dans cette nouvelle aventure afin de découvrir sur petit écran, ce « monde incroyable ».

À très vite sur Naughty Dog Mag’ !


[SOURCE]